BACK

NOS PROJETS IMPACTANTS POUR AMÉLIORER LA NUTRITION

Niger

Pérenniser une agriculture bio-fortifiée et climato-résiliente au service des femmes dans les zones reculées du Zinder

Contribuer

POURQUOI LE NIGER ?

Au Niger, la moitié des enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition chronique, tandis que 90 % d'entre eux ne disposent pas d'une alimentation suffisamment diversifiée pour répondre aux besoins nutritionnels minimaux.

On estime que 43 % des décès d'enfants au Niger sont liés à la malnutrition et l'impact sans précédent de la COVID-19 met encore plus d'enfants en danger, car leurs parents disposent de moins d'argent pour acheter des aliments nutritifs.

Où est notre projet ?

La région de Zinder (20 villages), Niger

Partenaires du projet

GOAL Global : Chef de projet

Reaching the Last Mile : Partenaire financier

En savoir plus sur le projet

Lire l'article

CE QUE NOUS FAISONS

Ce projet centré sur les femmes aide les entreprises locales à faciliter l'accès des petites exploitantes agricoles à des semences bio-fortifiées.

LA BIO-FORTIFICATION, COMMENT ÇA MARCHE ?

Les semences bio-fortifiées sont enrichies en nutriments par rapport aux semences ordinaires. On y introduit des micronutriments essentiels, comme le zinc ou le fer, pour produire des cultures enrichies en micronutriments, comme des céréales enrichies en zinc ou des haricots enrichis en fer. Le zinc et le fer sont essentiels au bon développement cognitif, à la croissance et au renforcement du système immunitaire.

DES SOLUTIONS LOCALES ET INNOVANTES

Donner aux femmes les moyens d'améliorer durablement la nutrition ne devrait pas s'arrêter lorsque nos projets se terminent. Par conséquent, nous travaillons en partenariat avec des entreprises locales afin qu'elles puissent fournir en permanence des solutions nutritionnelles à celles et ceux qui en ont besoin.

LA PROGRESSION DU PROJET

Pour devenir notre partenaire sur ce projet ou obtenir plus d'informations sur ce projet, veuillez contacter notre équipe à contact.us@unitlife.org

Résultat 1. Avril 2021 : le projet mené par les responsables des communautés locales

La communauté est aux commandes de ce projet : les 30 leaders communautaires identifiés (15 femmes et 15 hommes) de 15 villages sont les mieux placés pour comprendre les défis au sein de leur communauté et leur transmettre les informations du projet.

Résultat 2.A. Mai 2021 : Méthodes résilientes au climat dans des conditions de sécheresse

Les femmes ont creusé des trous utilisant la méthode zai pour que les plantes et les arbres poussent dans un sol préalablement sec et craquelé.

Résultat 2.B. Sept 2021 : les méthodes résilientes au climat se reflètent dans les résultats

Voici les progrès et la différence entre les champs qui ont utilisé la technique du zai et ceux qui ne l'utilisent pas ! La différence est claire.

Résultat 2.C. Les semences « intelligentes » sont utilisées

Les graines qui ont été utilisées (mil, haricots, arachides) sont « biofortifiées » - elles ont été croisées pour obtenir des variétés plus nutritives et plus résistantes au climat. Elles sont vendues aux agriculteurs dans 32 points de vente.

Résultat 3.A. Jan-Fév 2021 : Essais de germination des graines

Des tests de germination ont été réalisés sur les semences potagères. Le taux de germination pour toutes les espèces (poivron, oignon, carotte, pastèque, chou) est supérieur à 85 % : les grains sont en bon état !

Résultat 3.B. Sept 2021 : les familles ont désormais accès à des légumes plus nutritifs !

Abdou Liman, un agriculteur local, a déjà un jardin plein de légumes. « Nos voisins ont copié ma famille et vont maintenant acheter les mêmes graines ! » - dit-il

Résultat 4 : les femmes peuvent désormais contracter des micro-prêts pour mener des activités d'autonomisation

2 groupes ont été constitués avec un total d'économies de 102 000 CFA = 180 USD. Les prêts sont remboursés au bout de 4 semaines avec un intérêt de 50 CFA qui est remis sur le compte d'épargne pour les prochains prêts.

Résultat 5. 3-6 juin 2021 : Femmes autonomisées grâce à Habanaye

Voici une femme du village de Kwana Bawada à Zinder au Niger avec ses chèvres. GOAL a distribué 784 chèvres aux femmes dans 14 villages. Les femmes gardent les chèvres jusqu'à ce qu'elles mettent bas et les transmettent ensuite à un autre groupe de femmes

Résultat 6 : Culture en sac pour optimiser les rendements, la teneur en nutriments et la consommation d'eau

Légumes cultivés sur le dessus / dans des trous creusés dans les côtés du sac. Cela maximise l'espace et nécessite moins d'eau pour la culture. Le sol est mélangé avec du fumier qui fertilise le sol, améliorant la teneur en éléments nutritifs.

Résultat 7 : Four amélioré pour économiser des ressources, de l'argent et du temps

P ar rapport à la cuisson au feu ouvert traditionnel, ces fours nécessitent moins de bois de chauffage (gain de temps pour la collecte du bois et/ou économie d'argent de l'achat) et dégagent moins de fumée toxique (réduction des maladies liées à la fumée)

« Ce projet touchera des milliers de personnes grâce à la bio-fortification des céréales et des légumes, une méthode économique pour fournir aux communautés agricoles isolées les nutriments essentiels qui manquent à leur alimentation sans changer leurs habitudes alimentaires. Les femmes seront au centre de cette action, car ce sont elles qui cultivent la nourriture, préparent les repas et nourrissent leur famille et la communauté. »

Assia Sidibe, Diréctrice des programmes de UNITLIFE

POINT FORT 1

Le projet améliore durablement la nutrition de plus de 283 000 personnes, dont la moitié sont des femmes et des filles. Il est essentiel que les futures mères aient accès à une bonne nutrition pendant leur grossesse afin d'assurer une bonne croissance et un développement sain à leur enfant.

POINT FORT 2

Parce qu’elle augmente la maladie et la mortalité et qu’elle diminue la productivité et les revenus des personnes touchées, la malnutrition chronique ralentit le développement des nations. Au Niger, plus de la moitié des enfants souffrent de cette maladie. Cela entraîne, chaque année, une perte de 7 % du PIB nigérien.